logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert  DÉFI INTERNET                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 2001 - Mars

De: M. Monot <magui@offratel.nc>
À: <pedagogie-maitrise@yahoogroups.com>
Objet: Re: [PMEV] PMEV et recherche d'obstacles
Date : samedi 24 mars 2001 02:43

Merci à Nicolas pour cette précieuse mise au point qui appellerait encore
des pages de développement.

Il est vrai que ma réponse à Ph. Ruellen occultait encore bien des aspects.
Il faudrait à chaque question pouvoir revenir sur tout, car tout se tient
dans ce système, se souvenir que les inventeurs de la PM classique étaient
comme obsédés par les bons résultats du préceptorat, qu'ils voulaient
arriver à l'égaler sans le généraliser car trop cher..

Ce qui suggérait pour eux au moins deux directions de travail :

1. Evaluer les élèves en permanence et de façon très précise, ce qui nous a
valu il y a quelques années la PPO et sa précision parfois un peu délirante,
amputée de surcroît - sinon dans les recommandations - des moyens de
remédiation prévus dans la formule initiale américaine ou suisse et qui l'
auraient finalisée.

2. Ménager dans la classe des temps de préceptorat, si brefs soient ils, et
c'est bien cet aspect que Nicoias souligne dans son message même s'il n'
utilise pas le mot. C'est évidemment et mathématiquement plus facile avec
20 gosses qu'avec 30, et c'est parfois difficile à mettre en place quand on
débute, que le poids des élèves en difficulté pèse encore de façon
paralysante sur le fonctionnement de la classe. Mais il est vrai aussi que c
'est là une difficulté ou une contradiction à lever au plus tôt si l'on veut
arriver à un rendement optimal de la formule, et notamment à cette
complémentarité des ressources apportées par le TI d'une part et le bilan de
l'autre.

Retenir donc que le si important moment de bilan n'est pas non plus une fin
en soi, qu'il est en inter-relation constante avec le temps de TI pour l'
enfant comme pour le maître et qu'il s'agit évidemment d'en jouer avec
habileté.

Question annexe maintenant :

Nicolas parle de ce vingtième élève de CLIS qui vient en intégration dans sa
classe lors du TI. C'est bien, mais est-il présent lors du bilan ?

Bien cordialement,

MM


----- Original Message -----
From: "Nicolas Mirkovic" <nm89@club-internet.fr>
To: <pedagogie-maitrise@yahoogroups.com>
Sent: Friday, March 23, 2001 2:28 PM
Subject: Re: [PMEV] PMEV et recherche d'obstacles



>
> A l'heure tardive où j'ouvre mon courrier je ne sais plus si j'ai les
idées
> très claires... ce sera donc ce soir une réponse rapide en attendant un
plus
> long échange sur la pédagogie à effet vicariant que je connais un peu -et
un
> peu seulement- et qui me semble parfois en retrait par rapport à des
> pédagogies constructivistes parce qu'elle me semble trop décharger
> l'enseignant de la recherche de ce qui peut faire obstacle à
l'apprentissage
> dans certaines notions et de la mise en place de situations de conflit
> cognitif qui permettent aux enfants de dépasser ces obstacles, ceci bien
sûr
> dans des échanges entre pairs et non en suivant la parole du maître...mais
> on en reparlera...
>

Dans sa réponse Michel insiste de nouveau sur le bilan comme moment
privilégié pour le maître pour observer "ce qu'il se passe au cours des
apprentissages".
C'est vrai, mais c'est aussi le moment où les paroles fusent, où les
nombreuses interactions ne permettent pas toujours une observation fine
(euphémisme), où certains enfin, quels que soient les encouragements, les
dispositifs mis en place, interviennent bien moins que d'autres (que ce soit
pour présenter ou questionner le "présentateur") alors même que
l'observation de "l'apprentissage en action", tout au moins de ses symptômes
puisque l'on ne peut guère espérer mieux, serait parfois la plus bénéfique
chez eux.
Pour cela il est dans ma classe un moment privilégié que je dois également à
la PMEV, c'est le temps de TI pendant lequel je "passe" auprès des gamins.
Dans le calme, en consacrant à chacun le temps voulu (je n'ai que 19 gamins
cette année + 1 en intégration clis pendant le TI... ce qui fait que je peux
"voir" tous les gamins au moins une fois en 2 jours, parfois en 1 jour),
c'est là que les observations me semblent les plus riches, où l'on apprécie
également l'importance des précédents bilans et où l'on peut suggérer les
passages et les problèmes à poser au cours des suivants.
Le passage des IO souvent cité par Michel prend pour moi tout son sens
pendant le TI même s'il vaut évidemment pendant le bilan, de façon
complémentaire peut-être.
Je pourrais m'arrêter là pour ce qui nous intéresse, mais il faut peut-être
préciser, en réponse au message reçu par Philippe, que c'est bien le TI de
la PMEV qui permet cela, de par son existence entre deux bilans, et parce
que le gamin se confronte à ce qu'il a choisi et pense pouvoir réussir.
Pour cette raison je n'ai pas voulu expérimenter jusqu'ici la mise en place
d'ateliers avec des groupes restreints pendant le TI, comme en parlait je
crois Antoine Cantais il y a quelques mois.
J'ajouterais également l'importance (plus particulièrement dans notre école
de ZEP icaunaise ?) d'une présence régulière de l'adulte pendant le TI, pour
encourager, aiguiller, orienter le futur bilan comme déjà dit, parfois
pousser au c.. également ;-).

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France