logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert  DÉFI INTERNET                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 2001 - Février

De: M. Monot <magui@offratel.nc>
À: <listecolfr@cru.fr>
Cc: Liste PMEV <pedagogie-maitrise@yahoogroups.com>
Objet: [PMEV] Re: ecriture reflexive
Date : samedi 10 février 2001 19:38

Martine Dorso Mercier a écrit :

----- Original Message -----
From: "jmuracci" <jmuracci@club-internet.fr>
To: <listecolfr@cru.fr>
Sent: Saturday, February 10, 2001 2:19 PM
Subject: ecriture reflexive



> Parallèlement, je demande aux enfants de noter chaque soir dans le
> cahier de l'apprenant ce qu'ils ont fait dans la journée, ce qu'ils ont
> appris et compris, ou pas compris. Et là, j'ai des méga surprises tous
> les matins quand les enfants volontaires viennent lire leur cahier à la
> classe: certains n'écrivent rien, et quand je leur demande pourquoi, ils
> me répondent: JE NE ME SOUVIENS DE RIEN!!!! Compte-tenu du fait que ce
> sont des CM2 cela m'interroge et m'inquiète énormément.

C'est en effet préoccupant et l'on pourrait presque voir là un test
prédictif de réussite. Mais je nuance : certains élèves font et ne se
souviennent de rien (ou ont la flemme de se souvenir); d'autres ne se
souviennent de rien parce que leur cerveau a tourné à vide du début à la
fin, ou peu s'en faut, ce qui est plus préoccupant encore.

Il y a bien là un problème central et il est facile de le vérifier : que
l'on parle d'écriture réflexive ou de métacognition, c'est un domaine que
l'école a négligé, et il suffit bien souvent de réactiver cette dimension
pour transformer une classe.

Faut il pour autant écrire ? J'ai tendance à penser que oui, car certains
enfants le font spontannément en PMEV pour préparer leur intervention au
moment de bilan. Mais sans en faire une règle, car d'autres enfants ont
beaucoup de mal à le faire.

Ecrire est déjà en soi un acte difficile, mais le problème est d'abord de
penser sur sa pensée quand on n'a pas appris à le faire assez tôt. En PMEV,
nous mettions en avant ce que les enfants avaient à dire sur leur travail,
qu'ils l'aient préparé par écrit ou non, parce que cette dimension, nous
paraissant essentielle, devait être travaillée quotidiennement. C'est cette
pratique, systématique et quotidienne mais sans prétention, qui explique
l'efficacité certaine des suggestions que nous avions suivies : retrouver
les voies originelles de l'apprentissage, telles qu'elles fonctionaient
avant que la pédagogie ne s'enferme dans le discours, dans l'art de faire
des leçons.


Bien cordialement,

Michel MONOT
IEN retraité
NOUMEA
Pédagogie de Maîtrise à effet vicariant :
http://www.offratel.nc/magui


> Martine Dorso-Mercier
> Elem. Claret Matéos
> 13127 Vitrolles

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France