logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert  B2i                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 1998

From: Chris. Mathieu  <cmathi02@xxxxxxxxxxxxx.xxx>
Date: Tue Nov 24, 1998 12:27pm
Subject: réflexion


Bonjour,

Une élève m'a rapporté une fiche qu'elle ne voulait plus faire, je l'ai reposée sur mon bureau avec conviction (comme c'est une très bonne élève, elle m'a expliqué qu'elle avait envie de faire autre chose; elle venait de se rendre compte qu'elle pouvait aller à la biliothèque). Dans son sillage, deux autres élèves ont suivi, je ne l'ai pas accpeté en leur imposant de continuer le travail commencé; les exercices ont été réalisés sans problème (l'une travaillait sur un exercice le/la/les et l'autre sur un texte de lecture qu'elle a jugé un peu long à lire). Je suis à présent tiraillée entre ma pédagogie frontale qui me dit :"Il faut tout de même leur apprendre à aller au bout de leur travail" et ma pédagogie de maîtrise qui me dit: "Ce qu'ils ne font pas aujourd'hui, ils le feront demain."

Qu'est-ce qui peut empêcher l'enfant de ne pas faire les exercices les plus difficiles, de se contenter du plus simple et d'attendre que les trois semaines soient écoulées ?

Cela ne s'est pas encore produit, c'est ce que je crains, mais si tel était le cas, la pédagogie de maîtrise ne serait sans doute pas encore installée dans ma classe.

Christine Mathieu
Institutrice Ecole d'Hartennes-et-Taux(02) cmathi02@c... www.ac-amiens.fr/ecole02/ecole_hartennes

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France