logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert  B2i                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 1998

From: C&N.Berger  <nathanael.berger@xxxxxxx.xxx>
Date: Mon Nov 23, 1998 9:51pm
Subject: Correction et evaluation


Bonsoir,

Je suis assez d'accord avec Xavier: corriger quotidiennement permet de savoir ou en sont les élèves, individuellement et pour le groupe. Il s'agit là en fait d'évaluation plutôt que de correction. Et malheureusement, pour évaluer, on a besoin de repères... qu'il faut chercher dans les productions des élèves.

D'un autre côté, "on n'évalue pas un apprentissage en train de se faire". A défaut, ne peut-on pas évaluer comment il est en train de se construire? Cela sert-il à quelque chose, pour l'élève, pour le maître?

Pour ce qui est du bénéfice pour les apprentissages, je rejoins plutôt Jean Paul. Il semble délicat, surtout en PMEV, de demander aux enfants d'avoir un retour sur la correction que l'on fait. Dans cette dernière hypothèse, il faudrait que les enfants puissent refaire leurs fiches, ce qui serait un peu en contradiction avec l'effet vicariant attendu: on compte sur les bilans futurs pour que les acquisitions se renforcent. Il me semble préférable de proposer les mêmes compétences un peu plus tard, dans une autre période.

Aussi je me pose une question: comment envisager l'évaluation, d'une manière générale, en PMEV?

Pour ma part, je m'étais dit qu'il suffisait, à l'issue des trois semaines, de resservir des exercices (ou d'autres) qui tiendraient lieu d'évaluation. Un contrôle des compétences. Mais à y regarder de plus près, ce travail risque d'être extrêmement fastidieux pour tout le monde: refaire, recorriger pour finalement retrouver ce que l'on sait déjà intuitivement: machin, ça va pas mal, truc, c'est pas encore ça.

Pourtant, sans évaluation, on risque de passer à côté des détails, c'est à dire des atouts et difficultés de chaque élève, qui font qu'ils sont tous différents et qu'ils progressent chacun différemment, à leur rythme, dans certains domaines plus que dans d'autres.

Comment faire pour concevoir, dans le cadre de la PMEV, une évaluation intelligente, j'entends par là légère, pointant le particulier sans nous ensevelir sous le général, en un mot adaptée à notre problèmatique?

Merci pour vos réponses, j'en manque cruellement :-(

A bientôt.

Nathanael Berger
Enseignant Cycle III

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France