logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert  B2i                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 1998

From: xavier.marciniak  <Xavier.Marciniak@xxxxxxx.xxx>
Date: Mon Nov 23, 1998 8:41pm
Subject: Re: et la correction ?


-----Message d'origine-----
De : Jean-Paul J OURDAN jpjourd@i...

  Je crois qu'il faudrait bien réfléchir à tout ça. Beaucoup de temps >passé à la correction me semble inutile voir décourageant pour certains et ne >fait pas gagner grand chose du point de vue des apprentissages.

Je comprends tes arguments Jean-Paul, et souvent j'ai fait comme toi, et souvent j'ai été découragé devant des piles de cahier à corriger. Cependant, je ne suis pas tout à fait d'accord :

-Tu as de "la bouteille" (n'abuse pas avec le beaujolais nouveau) et tu peux donc évaluer de façon très "intuitive" sans risque de te tromper, ce qui n'est pas le cas de jeunes collègues.

- la correction des cahiers dans la PMEV, (telle que je l'ai mise en pratique) me permet de réajuster de nombreux travaux : a)je me rends déjà compte des premiers choix des enfants dans l'éventail des travaux offerts, ce qui donne des indications. b) je peux intervenir sur des travaux non terminés, en comprendre avec l'enfant les raisons c) je peux repérer dans la correction les typologies d'erreur et les démarches entreprises (j'exige que toutes les recherches soient faites sur le cahier de français ou de math et non le cahier d'essais), d) je peux constater "l'effet" des bilans sur les travaux entrepris à postériori et donc décider éventuellement des travaux de remédiation pour les enfants en grande difficulté e) etc...

Donc, plus qu'avant je dois dire, je pratique une coorection assez quotidienne, ce qui d'ailleurs me semble plus commode et moins contraignant.

D'autre part, il y a un autre sujet sur lequel je voudrais revenir : la préparation des séances. J'ai cru comprendre que pour certains d'entre nous, le fait de préparer le travail à l'avance dispensait de se pencher le soir sur le travail qui serait effectué par exemple le lendemain. Certes, le travail est pré-mâché si l'on peut dire, mais cela n'empêche pas de se pencher sérieusement sur les séquences à venir. C'est encore une fois l'effet des bilans dont je parle là. Il peut s'avérer utile d'opérer un réajustement. Exemple : travaillant avec les CE2 sur la soustraction et les fichiers PEMF, je me suis rendu compte qu'il fallait introduire un plus dans la progression, à savoir des situations de recherche tirées d'Ermel. En fait, tout était à construire : après un rapide dialogue avec ma collègue du CE1, celle-ci m'a avoué n'avoir abordé la soustraction qu'au mois de juin. Surprise : les tests de CE2 et les livrets d'évaluation ne m'avaient rien indiqué. Au bout de 2 bilans, je me suis rendu compte que la classe dans son ensemble flottait totalement et que le travail sur les fiches se révèlait très malaisé, les bilans très confus.

Amicalement


Xavier Marciniak I Xavier.Marciniak@a... --ICQ 13404099 Les Gamins de Leclerc I Gamins.Leclercq@a... http://www.ac-versailles.fr/etabliss/Leclerc

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France