logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert  B2i                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 1998

From: Michel MONOT  <magui@o...>
Date: Mon Nov 23, 1998 5:22am
Subject: Re: Infos pour démarrer


Nathanael BERGER ayant fait le point sur les premières questions de G. JACQUEMETTAZ., je prends le relais pour les dernières .

-----Message d'origine-----
De : Georges Jacquemettaz jacmetag@b... À : pedagogie-maitrise@onelist.com pedagogie-maitrise@onelist.com Date : lundi 23 novembre 1998 07:47 Objet : [pedagogie-maitrise] Infos pour démarrer

  From: "Georges Jacquemettaz" jacmetag@b...

Bonjour,

Futur utilisateur enthousiaste de la PMEV,

.... Attendez quand même avant d'avoir essayé. Je ne voudrais pas que l'on nous prenne pour des gourous.

  j'en suis au stade des préparatifs, recherches, lectures et j'ai quelques questions très pratiques à poser aux collègues initiés
4. J'ai lu l'exemple de bilan présenté par Xavier sur son site. Ma question: lors de chaque bilan, privilégie-t-on un sujet choisi? Ou bien tous les enfants s'expriment-ils librement sur leur travail ? Comment gérer les présentations des élèves ? Tenez-vous un "procès-verbal", une liste des thèmes déjà abordés en bilan ?

En principe, on ne privéligie pas de sujet particulier, la liberté de déroulement ayant une grande importance pour ammener l'élève à se prendre en charge seul. Les enfants s'expriment donc quand ils le veulent, sur un mode qui doit tendre, sans cabotinage, vers un rôle de maître, de présentateur. C'est difficile, mais on y arrive : "je n'existe plus" dit parfois le maître.

Cela étant, cette mise en place   n'est pas immédiate, et le modèle présenté par Xavier est tout à fait dans la norme: les élèves échangent entre eux, et cela est capital.

Cela étant aussi, la liberté dont je parle reste régulée par le maître. Il incitera à faire passer une fiche difficile plus précocement, pour favoriser la maturation des représentations en étalant les passages sur une durée plus longue. Il incitera un élève hésitant à se risquer, etc... Toutes attitudes normales de la part d'un maître responsable mais qui aurait néanmoins le sens du détour.

Simple question de bon sens au fond, mais aussi de réflexion, pour ne pas rester sur des conceptions utiles en phase de démarrage mais dont la pérennité est à méditer. Dans l'exemple de Xavier, excellent je l'ai dit :

a) passage en doublettes ? Oui. Mais en vue de parvenir le temps venu à un passage en solo.. Ceci dit, l'idée est ingénieuse pour une phase de démarrage, et même au delà pour les sujets peu sûrs d'eux.

b) planification hebdomadaire du programme de la période longue ? Oui, pour des raisons analogues de mise en place, pour sécuriser des enfants qui ont l'habitude de ce ryhme hebdomadaire.

Mais veiller cependant à la sauvegarde des principes initiaux : * la mise en oeuvre de l'effet vicariant exige un certain temps, sous peine d'obtenir des effets hybrides * l'objectif "apprendre à gérer son temps d'apprentissage", qui tire parti lui aussi de la phase de trois semaines,   nécessite une certaine liberté de manoeuvre et sur une durée assez longue.

Penser que la PMEV résulte d'un construction sustémique où les moindres détails peuvent avoir leur importance. Cela ne signifie pas que le "modèle" de base soit   intouchable, mais il ne nous semble pouvoir être éventiellement amélioré que dans le cadre d'une approche qui reste imprégnée de cette idée de complexité et d'interférences.

C'est "complexe", mais c'est pour cela que ça marche !

  5. Je souhaiterais avoir des précisions quant à la phase par laquelle on propose de débuter la journée : la phase écriture. Quelle liberté laissez-vous aux enfants durant cette phase ? Totale ? Doivent-ils écrire sur des thèmes imposés ? Le courrier internet ? ...

Cette phase matinale est une extrapolation du texte libre, conçue pour répondre, dans notre contexte particulier,   à des besoins spécifiques :

1) en retrait par rapport au TL, puisque nous exigeons - avec douceur - une production de l'enfant.

2) en léger déphasage avec le TL, car ce peut être un texte impersonnel : une blague entendue, qui présente un intérêt du point de vue du sens de l'humour, proche du sens du relatif et du complexe; ou encore une charade, qui joue avec les mots de la langue. Mais aussi, bien sûr, du texte plus classique, y compris en écriture longue parfois.

Dans notre perspective locale, l'objectif EDITER n'a pas été premier, bien qu'il se soit peu à peu répandu. Nous avons bien insisté sur le ECRIRE POUR ETRE RECONNU, parce que certains enfants, trop étrangers au monde de l'école dans certains cas, avaient besoin de se sentir élèves à part entière.

Cette conscience d'appartenir à une classe, au monde des élèves,    apparait lorsque les quelques lignes parfois informes que l'on a pu produire sont écoutées et reconnues par les pairs et par le maître.

IL faut bien comprendre que cette approche un peu particulière ne remplace pas le travail plus méthodiique que l'on peut faire, à partir d'un manuel, pour l'apprentissage de l'écriture.

Bien comprendre aussi qu'elle correspond à un environnement spécifique, de type ZEP en quelque sorte, qui n'est pas universel.

Mais ne pas perdre de vue non plus que sa fonction de "mise en jambes", d'entraînement mental en quelque sorte, peut avoir valeur universelle.

Et ne pas oublier que cette séquence particulière, suivie d'un bilan, entre dans la perspective générale de l'option vicariante.

Dans sa forme première, telle qu'elle avait été préconisée par Bernard BOCQUET, Conseiller Pédagogique, cette séquence d'entrainement n'intégrait pas cette dimension vicariance qui lui a été depuis très profitable. Mais elle était   déjà, dans sa simplicité, excellente.

Il vous reste certainement à remodeler la séquence   en fonction de votre environnement   propre.

M. MONOT
E-mail : magui@o... Pédagogie de Maîtrise : http://www.offratel.nc/magui/

"Nous ne vous demandons pas de répéter nos formules, mais de vous en servir pour découvrir ce que nous n'avons pas encore découvert." (Gaston BERGER)

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France