logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert  B2i                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 1998

From: Michel MONOT  <magui@xxxxxxxx.xxx>
Date: Sun Nov 22, 1998 5:13pm
Subject: Re: Déjà 1 semaine !


Bienvenue à Nicolas !

-----Message d'origine-----
De : Nicolas Mimoglou mimoglou@u... À : pedagogie-maitrise@onelist.com pedagogie-maitrise@onelist.com
Date : dimanche 22 novembre 1998 19:57 Objet : [pedagogie-maitrise] Déjà 1 semaine !

  From: "Nicolas Mimoglou" mimoglou@u...

Pas encore la PM, mais...
Bonjour, Cela fait une semaine que j'ai mis en place ce qui n'est pas encore complètement la PMEV mais qui le deviendra petit à petit. En regardant la liste des travaux faits par les enfants, je constate certaines choses très intéressantes. Le nouveau système, qui a enthousiasmé les enfants, a surtout profité : - aux meilleurs, qui ne sont plus obligés d'attendre le reste de la classe avant de changer d'activité. Auparavant, ils se voyaient obligés de faire des exercices supplémentaires ou des lectures qui ne les intéressaient pas ou alors ils préféraient dessiner ou même rêver... (pour certains !). - aux plus faibles. Avant, ils étaient stressés par l'obligation de faire vite. Maintenant, ils peuvent faire le travail qui les intéresse le plus, ce sur quoi ils sont plus forts, et ne passer aux travaux moins intéressants (car plus difficiles) que plus tard, quand le terrain a déjà été déblayé par les plus rapides. J'ai ainsi vu ma plus faible de la classe faire un tas de fiches et lever la main pour participer alors que d'habitude elle n'ose pas s'exprimer. J'ai aussi vu un élève ex- non francophone, qui ne dit JAMAIS RIEN en classe, demander à passer au bilan : c'était presque la première fois que je l'entendais parler en classe (sauf avec son voisin...).

Cet impact a champ très étendu est caractéristique. Même si les nouveaux utilisateurs mettent surtout en avant les progrès dans les comportements, le changement de l'atmosphère de la classe, les attitudes devant le travail ou l'allègement dans la conduite de la classe, ce double impact qui concerne à la fois les élèves forts et les élèves faibles ne leur échappe pas. Il peut être plus ou moins frappant selon les classes, selon leur physionomie générale et les résultats qu'elles avaient obtenus avant la PMEV, mais cet effet tous azimuths est trop général pour ne pas avoir un sens.

  Pour les autres, on dirait que c'est la fête : leur travail, quantitativement, n'a rien à voir avec celui d'avant. Ils ont pourtant devant les yeux, sur une grande affiche, la liste des travaux à faire pour le cycle de 3 semaines. Mais, quand la fiche qu'ils rendent n'est pas validée, ils s'accrochent et ne veulent surtout pas passer à une autre.

Fête studieuse, mais fête néanmoins,   qui étonne parfois les parents mais ne va pas jusqu'à les alarmer.. La dimension fête doit beaucoup à l'effet de surprise et elle s'estompera. La dimension studieuse restera, mais l'athosphère chaleureuse restera aussi, qui n'interdira pas   ça et là quelques querelles subites, sans lien avec la PMEV.

  Je pense qu'une solution serait de donner à chacun une liste _individuelle_ sur laquelle ils pourront cocher les fiches déjà rendues et se rendre ainsi compte du travail qui reste à faire.

Ce genre d'outil est indispensable. Par   manque de temps nous n'en avions pas recueilli auprès des instits. Par manque d'espace, nous n'avons rien mis sur le site. Mais mes anciens conseillers se sont mis en chasse pour en récolter et on trouvera bien à les mettre quelque part. Et les nouveaux utilisateurs auront eux aussi des formules à proposer pour faire gagner du temps.

  Enfin, ce système a rendu un climat très positif à la classe ; nous avons pu passer plus de temps que d'habitude en anglais, arts plastiques, chant, sciences.

C'est effet second n'avait pas été programmé à l'origine, car il s'agissait surtout de faire réussir dans les disciplines de base. Les pédagogies de la réussite qui avaient misé dans les autres disciplines étaient très respectables, mais elles ne nous satisfaisaient pas vraiment : le transfert espéré ne se faisait pas vraiment. Inconsciemment, elles légitimaient un fâcheux renoncement devant le noyau central du programme, qui restait à justifier.   La PM ouvrait une voie, faite de sueur et de larmes.   La PMEV a montré que l'on pouvait réduire la sueur et supprimer les larmes, et obtenir dès lors l'afhésion des enfants, qui n'ont jamais rejeté l'effort joyeux.. Mais elle a aussi contribué à   trouver du temps pour faire leur juste place à d'autres activités souvent délaissées.

  Pour le bilan, j'ai parfois demandé qui voudrait présenter une fiche posant problème. Ou, encore, j'ai dirigé un peu la présentation de telle ou telle fiche en demandant aux enfants de dire s'il y avait une difficulté particulière et laquelle. Sans quoi, les explications manquent parfois et les enfants se contentent de dire "J'ai fait ceci" ou "J'ai fait cela" sans plus de commentaires.

Vous avez très bien fait. Une piste qui peut vous aider : vous dites aux enfants qu'ils vont jouer au maître. J'ai même connu un maître de CM2, Yorhan BOUTEILLER, qui leur faisait une démonstration : en début d'année, il jouait le comportement attendu de l'élève qui doit passer au bilan en faisant   un peu comme le maître. Je    ne l'ai pas vu faire. J'imagine qu'il élaguait.

  Je ne sais pas si j'ai raison, mais j'ai été tenté de demander qu'on finisse telle fiche d'histoire, quand j'ai vu que 27 enfants l'avaient faite sur 30 : c'est dur d'attendre 3 semaines avant de clore un chapitre...

Poids des   habitudes, mais c'est tout à fait concevable, sauf si ça perturbe un peu les élèves. Je ne le pense pas. La permissivité retors de la méthode (choisir son travail est finalement le moyen qui peut permettre d'affronter plus tard la pire des classes frontales) n'empêche pas un peu de directivité.

Mais je vois que vous parlez de fiches d'hitoire : vous auriez donc tout mis en fiches ?

C'est une option peu utilisée, mais tout à fait concevable, qui conduirait d'ailleurs à moduler le modèle.

Amicalement.

M. MONOT
E-mail : magui@o... Pédagogie de Maîtrise : http://www.offratel.nc/magui/

"Nous ne vous demandons pas de répéter nos formules, mais de vous en servir pour découvrir ce que nous n'avons pas encore découvert." (Gaston BERGER)

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France