logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert  B2i                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 1998

From: Michel MONOT  <magui@xxxxxxxx.xxx>
Date: Sat Nov 21, 1998 9:35pm
Subject: Re: informations


Complément   à ma réponse précédente.

-----Message d'origine-----
De : Chabot François chabotf@g... À : pedagogie-maitrise@onelist.com pedagogie-maitrise@onelist.com
Date : dimanche 22 novembre 1998 03:05 Objet : [pedagogie-maitrise] Re: informations

  From: chabotf@g...
 
  Le nombre de fiches est très variable. Ca dépend du fonctionnement de chacun. Certains utilisent des manuels. Ca dépend aussi de ce qu'il y a sur la fiche. La base de 45 fiches était prise sur 5 demi-journées (36 fiches pour 4). En fait, il faut se lancer une fois et ajuster en fonction du profil de la classe. A mon avis, il vaut mieux trop de fiches que pas assez, du moins au début, c'est ce que j'ai choisi.

Tout à fait normal.

 
  Voici ma question : Est-ce 45 fiches par objectif d'apprentissage ?

Comment définis-tu un objectif d'apprentissage?

Au Québec, un objectif d'apprentissage représente un but que l'enfant doit intégrer, doit posséder à la fin de l'année scolaire. Exemple, en mathématique, réussir à additionner deux fractions peu importe le dénominateur , ou en français, en situation de production écrite, l'élève doit réussir à accorder correctement tous les verbes conjugués, peu importe le temps employé.

Je trouve cette information particulièrement interessante. Elle pourrait montrer, j'emploie évidemment le conditionnel, des différences significatives dans la lecture qui a été faite des propositions de Mastery Learning, la souce américai,e de la PM.

Lorsque le ministère avait lancé, sous le nom de Pédagogie par Objectifs, une version à mon avis réductrice des travaux américains, les instituteurs français s'en étaient vraiment donné à coeur joie. Additionner deux fractions peu importe le dénominateur, voilà qui pouvait se mettre joliment en musique cartésienne : sous objectifs de sous objectifs de sous objetcifs d'objectifs, on allait voir ce qu'on allait voir. On a vu : le flop.

Et pourtant, c'était interessant, c'est toujours interessant, et c'est toujours : UTILE, dans une perspective d'enseignement, dans une perspective de conditionnement, dans une perspective de   gestion des apprentissages. Toute la PM de la première vague est là, qui reste dans nos listes d'objectifs, telle celle que Nathanaël diffusait il y a peu..

Mais si l'on envisage les choses dans une perspective constructiviste, à fortiori socio-constructiviste, il faut penser plutôt ou surtout "situation problème", dont les livres d'aujourd'hui sont riches, hors celle ci qu'ils semblent avoir oublié :    s'approprier une compétence en observant ce qu'en manifeste celui qui la possède, c'est AUSSI une situation problème. Triviale ? Fruste ? peut être, mais c'en est une.

La fin du message de François permet d'y voir plus clair.

  Je veux terminer cette première partie de mon interrogation avec laquestion suivante (une autre) : Prévoyez-vous une gradation dans vos fiches ?

Je m'explique, des fiches simples pour les élèves ayant des troubles d'apprentissage, des fiches régulières pour nos étudiants dits "normaux" (excusez le terme) et enfin des fiches d'enrichissement pour nos petits génies.

Gradation ? Pourquoi pas, et c'est dans bien des cas ce qui se passe.

On est alors dans le domaine des progressions rigoureuses, assez linéaires généralement, issues de la PM initiale là encore, telles qu'on les a connues dans l'enseignement programmé avant même l'existence des ordinateurs, mais qui peuvent aujourd'hui s'éclater grâce à l'apparition des ordinateurs, et devenir beaucoup moins    simplistement linéaires grace aux liens hypertexte. Du beau travail, du très beau travail, qui a sa place en classe, même en PMEV, et peut être mieux en PMEV dans la mesure où l'organisation spécifique du travail semblerait faciliter une utilisation souple de l'ordinateur, sans que celui-ci dicte sa loi au point de perturber le fonctionnement de la classe.

Un ordinateur par élève ? Je veux bien, mais je ne vois pas bien et j'ai du mal à anticiper. Pourquoi pas ? Mais je demande à voir, toute question de coût mise à part.

Un ordinateur par classe, un peu plus même, je vois bien, car cela existe en PMEV qui enrichit le fonctionnement de la classe sans rien détruire,   et qui apparait comme tout le reste dans le sacro-saint moment de bilan. Un ou plusieurs ordinateurs, un ou plusieurs magnétophones, une visionneuse de diapos, etc ... tout cela constitue autant de   postes qui élargissent les possibilités de choix des élèves au bénéfice d'une classe qui reste rigoureusement ordonnée bien que n'ayant plus rien de frontal. Comme disait Natahanael je crois, deux gosses aux prises avec une horloge à eau, c'est agréable, mais toute la   classe autour de n horloges à eau, c'est le bruit assuré, ou même un autre mot commençant aussi par b.

Mais j'en reviens au premier sujet : gradation ou pas ?

En PMEV, on n'écarte pas la gradation, mais on a aussi et surtout une autre approche. Au lieu de prévoir minutieusement sa progression, le maître installe une situation d'ensemble dans laquelle la progression des élèves va être assurée. Chacun va progresser, se construire, à partir d'une série de tâches à maîtriser qu'il va devoir d'abord progressivement mieux identifier, en usant de repères que l'organisation spécifique de la classe va mettre peu à peu à sa diposition.

Il y aura progression des apprentissages, mais à partir d'une distribution des exercices en partie aléatoire, sans gradation préalable stricto sensu, hors cas très spécifiques.

L'expérience semble bien montrer, un peu partout, que cette conception finalement très constructiviste de l'école, ou mieux socio constructiviste, donne des résultats.

Peut être parce que, outre ses vertus propres, elle contribue à créer du lien dans la classe.

Cordialement et bon Dimanche !

M. MONOT
E-mail : magui@o... Pédagogie de Maîtrise : http://www.offratel.nc/magui/

"Nous ne vous demandons pas de répéter nos formules, mais de vous en servir pour découvrir ce que nous n'avons pas encore découvert." (Gaston BERGER)

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France