logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert  DÉFI INTERNET                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 1998

From: Xavier Marciniak  <Xavier.Marciniak@w...>
Date: Thu Nov 19, 1998 9:45pm
Subject: Re: Pourquoi ça marche
>Le tout sur un fond vicariant où les "bons modèles" d'élèves, rendus plus lisibles, 
>constituent évidemment en eux-mêmes des repères comportementaux intéressants, alors 
>qu'ils peuvent jouer parfois un rôle de repoussoir dans les classes "traditionnelles" très 
>hétérogènes et contribuer par là à aggraver rejet et violence.

    Attention aux étiquettes ! Label "bon modèle" ou "label chérubin" !
    Si le bilan devient le moment où le label "bon modèle" est seul reconnu,
à quoi sert le bilan ?
    Et pourquoi à ce moment ne pas remplacer le bilan par l'intervention du
maître en appui sur les "bons modèles" ?
    ET là on est tenté de faire du bilan un moment de simple correction des
travaux entrepris.
    Oui mais quelle démarche constructiviste là-dedans ?
    Si le "chérubin" ne peut pas exposer sa démarche d'apprentissage, sa
façon d'opérer, et l'opposer aux démarches des autres, que construit-il ? Et
qu'apprend alors le maître sur les démarches d'apprentissage des
"chérubins", leurs facultés de décentration ?
    Personnellement, nous ne corrigeons aucun des travaux au moment du
bilan, nous ne faisons qu'ébaucher des démarches, qui se conceptualisent
ensuite au moment de la leçon construite ensemble. Les enfants reviennent
ensuite sur leurs travaux de façon individuelle, puis à,la fin d'une
séquence, je ramasse les cahiers et les corrige.
    Aujourd'hui, c'est un de mes "chérubins" qui a réussi à résoudre une
situation-problème, au moment du bilan. Je l'ai même ennuyée,  la pauvre, en
jouant au naîf. L'ensemble de la classe la contredisait, appuyant ma
démarche. Elle a saisi la craie, et d'une petite opération rageuse a déclaré :
    - Mais non, c'est toi qui a faux, si j'ai écrit 12 - 4, c'est parce qu'on
dit qu'elle a 4 ans de plus qu'elle, alors pour trouver l'âge de l'autre,
faut faire un moins ! ( c'était parfait, ce que je voulais, moi qui
l'embêtais en lui demandant pourquoi elle disait moins alors que c'était
écrit "4 ans de plus")
    Elle a continué :
    - Alors tu vois, elle a 8 ans, et l'autre, comme elle a 4 ans de plus,
donc elle a 12 ans.
    Elle s'est retourné vers les autres :
    - Vous avez compris ?
    (Oui général de la classe)
    Pour une fois, on a tout corrigé, parce que c'était trop beau, que
d'autres s'y sont mis.
    Demain, je relance une situation-problème assez proche pour voir les
réinvestissements.
    Amicalement
    Xavier

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France