logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert  DÉFI INTERNET                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 1998

From: Michel MONOT  <magui@xxxxxxxx.xxx>
Date: Thu Nov 19, 1998 7:11pm
Subject: Pourquoi ça marche


Bonjour,

Ceci n'est pas une réponse à la question pratique posée par C. Mathieu dans son message, mais seulement un essai pour avancer dans la réflexion et préciser les choses, en particulier pour essayer de répondre à une autre question, quelque peu dérangeante :

Pourquoi ça marche ? 1) si vite 2) et jusqu'où ?

Christine a écrit :

  Si l'on suit la PM, la motivation de l'enfant pour le travail vient d'une part, de ce qu'il sait faire l'exercice car il l'a choisit et qu'il en a entendu parlé et d'autre part de la rapidité avec laquelle il va effectuer cet exercice. Si je regarde mes deux chérubins (ou mes deux cas, si vous préférez), non seulement, tous les exercices leur apparaissent comme difficiles mais le temps qu'ils passent sur un exercice est environ quatre fois plus long que la moyenne de la classe.

On peut classer les difficultés que rencontre une classe en trois catégories :

1) Celles qui viennent le l'environnement en général, socioculturel ou autre, sur lesquelles on peut très difficilement agir, mais que l'on doit essayer de neutraliser, ce qui pose un problème d'outils.

2) Celles qui viennent du travail accompli par les classes en amont, très généralement hypothéqué par les difficultés précédentes et par les difficultés de gestion pédagogique qui en résultent

3) Celles qui tiennent aux difficultés de fonctionnement de sa propre classe, qui résultent beaucoup sans doute des deux premiers points, mais aussi de facteurs divers dont celui auquel j'accorde une certaine priorité : l'organisation générale de la classe et du temps des apprentissages.

Ceci étant, la mise en place de la PMEV obtient des résultats immédiats, ce qui ne manque pas de surprendre mais doit être analysé et explicité.

Cette divine surprise ne doit rien aux miracles. Elle autorise à penser :

1) que le facteur "organisation générale de la classe et du temps des apprentissages", mis en évidence initialement par les chercheurs américains    du courant "Mastery Learning" est bien un facteur ESSENTIEL de la problématique "échec scolaire", inhérent à la conception initiale de l'école.

2) Que l'outil "Effet vicariant" pourrait bien présenter, sans exclusive évidemment, un intérêt majeur pour le redressement de la situation.

La divine surprise passée, restent les joies terrestres, oh combien plus relatives mais permettant néanmoins de prendre son pied en classe, simple image faut-il le préciser. Je veux dire :

1) De pouvoir se consacrer plus facilement comme dit Christine aux chérubins (dans la Théologie, sans exclusive si ça peut aider : "ange de second rang de la première hiérarchie") 2) De pouvoir mettre en œuvre dans la classe des procédures de remédiation générale spécifiquement adaptées au lancinant problème de l'héritage socioculturel. Voir sur ce point ce que nous avons cru pouvoir emprunter à LAUTREY : a.. Un ordre scolaire souple, à l'image de l'ordre familial "idéal", permettant le questionnement en "Si… alors…" , facteur additionnel de développement intellectuel entre autres b.. Une justification supplémentaire en faveur des apprentissage par prises de repères (essais, évaluation, nouvel ajustement, etc. ), en ce qu'ils favorisent également dans une certaine mesure le raisonnement de type hypothético-déductif. Le tout sur un fond vicariant où les "bons modèles" d'élèves, rendus plus lisibles, constituent évidemment en eux-mêmes des repères comportementaux intéressants, alors qu'ils peuvent jouer parfois un rôle de repoussoir dans les classes "traditionnelles" très hétérogènes et contribuer par là à aggraver rejet et violence. Amicalement,

M. MONOT

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France