logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert  DÉFI INTERNET                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 1998

From: C&N.Berger  <nathanael.berger@w...>
Date: Wed Nov 18, 1998 12:52pm
Subject: Re: que faire des cas


Bonjour,

Confronté au problème de "cas" également, je peux te dire comment j'ai essayé de le résoudre. Ca a relativement bien marché pour deux sur les trois que j'ai.

Comme le dit Xavier je crois, il faut que les élèves soient intégrés au groupe. Pour cela il faut qu'ils suivent les règles du groupe. En PM, la règle principale du point de vue des élèves, à mon avis, c'est que les élèves travaillent individuellement, qui plus est de leur plein gré. Aussi ai-je joué ce jeu-là: vous devez travailler mais c'est de aussi votre resonsabilité (en les encourageant, en les incitant, jamais en les obligeant tout à fait, en pointant les failles de leur comportement etc...). Parfois, ils ont passé la moitié (peut être plus :-( de leur temps à dessiner, "sans que je les vois". Mais dessiner n'avance pas à grand chose (dans ce cadre-là) et la reconnaissance sociale (du groupe classe) ne peut-être obtenue que par le travail individuel, validé si besoin est par le bilan (que les résultats soient bons ou mauvais d'ailleurs).

Bien sûr, une autre règle, du maître cette fois-ci, est qu'on ne doit pas déranger les autres. Je n'ai absolument pas transigé sur celle-ci.

Deux des trois se sont donc mis doucement au travail, je les aide quand ils le demandent (souvent) et ils sont reconnus "travailleurs"par les autres. Ils passent au bilan: souvent ils sont plus demandeurs que les autres, par besoin de reconnaissance justement, je pense. Ils ne supportent pas bien que leur travail ne soit pas explicitement pris en considération. Je continue de les aider en amont, pour qu'ils ne se plantent jamais trop fort. De plus, il est convenu implicitement que je corrige leur travail tout de suite. Les autres attendent parfois... ils jouent le jeu même s'ils grognent un peu.

Pour le troisième, c'est plus dur. Il s'est mis un peu au travail, mais vraiment très peu. Il faudra sûrement que j'essaye autre chose: travail et bilan à deux (merci Xavier)    ou lui laisser du temps, je sais pas encore.

Bon courage en tout cas.

Nathanael Berger
Enseignant Cycle III

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France