logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert  DÉFI INTERNET                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 1998

From: xavier.marciniak  <Xavier.Marciniak@w...>
Date: Sun Nov 15, 1998 12:03pm
Subject: Re: interactivite ou pas


-----Message d'origine-----
De : C&N.Berger nathanael.berger@w...
  Tu programmes sur combien de temps ? Car si tu programmes sur plusieurs semaines les compétences travaillées à la séquence précédente sont nombreuses. Tous tes groupes font-ils la même chose, ou bien chaque groupe quelque chose de différent ? Peux-tu préciser ton fonctionnement ?

Sur une base de compétences à acquérir, clairement énoncées aux enfants dès le début des 3 semaines, je leur offre un éventail de fiches ou exercices (fiches maths et problèmes PMEF, situations de recherches tirées d'Ermel, grammaire Genouvrier, fiches vocabulaire : champ thématique, lexical et morphologique, etc...) visant à exploiter ces compétences. En fait, si l'on voulait établir une grossière comparaison, chaque compétence de base est découpée en sous-compétence représentée à peu près par une fiche de travail.

4 groupes de CE2,   1 groupe de Cm1 . Les groupes sont sans distinction de "valeur" sauf 1 groupe constitué d'enfants dont bon nombre de pré-requis sont manquants (cf évaluation ce2). Chaque groupe dispose des mêmes fiches remises dès le début des 3 semaines. Au début de cette période, un document précise le nombres de travaux à effectuer ainsi que les compétences qui s'y rattachent. Au début de chaque semaine, un plan de travail fixe les tarvaux à effectuer durant la semaine (rempli par moi) tandis qu'une grille fixe les travaux réellement effectués (rempli par l'enfant à postériori) L'emploi du temps fixe les moments où ces travaux doivent être effectués . A partir de cela, l'enfant choisi dans le pannel proposé le travail qu'il veut faire. Sachant que ces travaux tournent autour d'une même compétence, ils ne nécessitent pas de pré-requis dans leur propore progression: je peux commencer par la fiche de math 4.5 sans avoir fait la fiche 4.1. Le moment de bilan devient alors très intéressant, car les travaux tournant autour de la même compétence, les échanges sont nombreux et riches.

  Pour ce qui est des deux niveaux, vous connaissez déjà mon point de vue:
  ce n'est pas un an de plus ou de moins qui différencie les élèves au niveau des acquis, c'est ce qu'ils ont dans leur tête, individuellement. Tel CM1 aura des capacités supérieures dans un domaine précis à tel autre CM2 etc...Donc à mon avis, pour tous la même chose, ni plus ni moins.

Permets-moi de ne pas être d'accord avec toi.
Je ne suis pas fondamentalement Piagétien, et je respecterai donc tes vues, cependant : ta vision des choses impose dans la classe une hétérogénéité difficile à gérer. L'intérêt du bilan est de faire interagir des enfants affrontant leur apprentissage autour d'une même compétence, dans une zone proximale de développement assez proche. Si je laisse mes CM1 participer à la phase de bilan des CE2, le résultat devient catastrophique : il n'y a plus interaction dans la mesure où les enfants ne participent plus à la construction d'une compétence, mais ne font qu'écouter une vérité rapidement déclarée par les Cm1. A l'inverse, si je laisse les CE2 participer à la phase de bilan des Cm1, j'ai des enfants qui vont bien sûr accrocher à la construction d'une nouvelle compétence, mais beaucoup aussi qui vont décrocher (pré-requis inexistants,etc...)

Cette démarche me rappelle trop mes anciens fonctionnements où les écarts se creusaient terriblement (voir courbes de M.Monot). Si l'important est justement comme tu le dis "ce qu'ils ont dans leur tête", tu dois t'apercevoir rapidement que leur construction des apprentissages est très différente d'un enfant à un autre, et que ton rôle en tant qu'enseignant est justement de gérer cette hétérogénéité, en apportant aux enfants en difficulté des approches différentes, ce qui va à l'encontre de ta phrase : "Donc à mon avis, pour tous la même chose, ni plus ni moins"

L'intérêt premier de cette pédagogie de maîtrise à effet vicariant, pour moi, est d'être présent dans les apprentissages au moment des travaux individuels (première évaluation), du bilan ( deuxième évaluation) et d'apporter, au besoin, et de diverses manières, y compris indirectement (bilan) l'aide dont les enfants ont besoin, au moment où ils en ont besoin, selon leur rythme d'acquisition, dans une période de 3 semaines à l'issue de laquelle donc j'ai d'énormes chances que les compétences abordées soient acquises par la grande majorité.

Je me vois mal donner les mêmes compétences à acquérir aux CE2 et au CM1 dans cette même période : problème de statut et d'éthique ("je suis un cm1 pas un ce2") problème d'apprentissage (zone proximale de développement difficile à gérer dans une période de 3 semaines, grande hétérogénéité).

Là-dessus, j'attends plus des remèdes techniques à la gestion de ma classe à
2 niveaux dans cette pratique pédagogique (problème de gestion du temps)

Amicalement

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France