logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert  DÉFI INTERNET                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 1998

From: Michel MONOT  <magui@xxxxxxxx.xxx>
Date: Sun Nov 15, 1998 11:31am
Subject: Re: PM

-----Message d'origine-----
De : C&N.Berger nathanael.berger@w... À : Michel MONOT magui@o... Date : dimanche 15 novembre 1998 01:07 Objet : PM

Bonjour,

Merci tout d'abord de votre précédente réponse. Je n'y ai pas moi-même répondu par manque de temps compte-tenu des échanges sur les listes. La nouvelle liste PM semble une bonne chose finalement, de toute façon le mieux est d'essayer, on verra bien.

*** En ce qui concerne le nombre de fiches pour trois semaines,   je ne vous avais pas dit que je fonctionne ici sur quatres jours. Aviez-vous le samedi matin? Car 4 ou 5 matinées, ce n'est pas tout à fait pareil: d'une norme de
45 fiches, on passe à 36.

Ici, le samedi matin est libre mais le mercredi matin fonctionne. Cinq demi journées donc. C'est important, mais pas forcement déterminant dans votre cas : je chercherais plutôt du côté de la répartition en niveaux, qui me pose problème car c'est une configuration que nous n'avons pas connue..

Les mêmes fiches pour tous en ne jouant que sur le nombre ? je pense qu'il faudra réexaminer le problème, je ne dis pas changer, mais s'interroger.

Entre les gosses qui viennent de quitter le CE1 et ceux qui s'apprêtent à entre en sixième, il y a quand même deux années de travail, et si le programme est le même, le niveau ne l'est pas. Les uns vont découvrir le programme pour la première fois, les autres le voient comme des triplants en quelque sorte.

Cette notion de cycle est trompeuse. Autrefois, quand on parlait du Cours moyen par exemple, qui se faisait en deux ans, on ne faisait pas la moitié du programme chaque année. On revenaitsur le même programme chaque année, avec des exercices différents, et les manuels des mêmes auteurs n'étaient pas les mêmes pour chaque année. Lorsqu'un livre couvrait les deux années, il me semble que les exercices étaient pointés différemment.

On disait de ces approches répétitives qu'elles étaient concentriques, le cercle s'élargissant chaque année, en niveau de difficulté plutôt qu'en volume de travail. En dépit du fait que chaque notion du programme était abordée à 3 ou 4 reprises au cours de la scolarité, certains élèves ne maitrisaient pas vraiment tout, loin s'en faut.

On peut faire l'hypothèse que les reprises se produiisant à un an d'intervalle sont trop espacées.

Dans notre système, ou chaque notion d'un miniprogramme est rencontrée plusieurs fois sur un laps de temps plus réduit (3 sem.)   il semble que les acquisitions soient plus solides et moins volatiles. Au point que les cas d'enfant que l'on a été tenté de faire gagner une année, à un niveau ou à un autre, s'est révélé assez conséquent. Nous avions d'ailleurs appelé notre période de trrois semaine "mini-cycle", l'idée - qui n'était qu'une hypothèse repère - étant qu'on pourait en théorie faire redoubler un enfant après un contrôle à la fin de chaque période.

Si vous permettez que l'on pousse un peu l'analyse "théorique" - un bien grand mot ici - il y a quelque chose qui ne colle pas dans la manière dont nous répétons les notions enseignées : a.. - quand vous intyerrogez 25 élèves sur la même leçon, chaque répétiton constitue un renforcement, mais de façon si rapprochée qu'il est difficile d'espérer entre temps une évolution des représentations : on matraque, c'est tout, c'est du conditionnement. b.. - quand vous revenez, un an après, sur une même leçon, la trace ancienne s'est parfois perdue et on repart pratiquement à zéro c.. - notre système parait de ce point de vue plus aquilibré : les retours sur site ne sont ni trop éloignés ni trop rapprochés, et c'est l'une des raisons de l'efficacité constatée. Mais votre problème à vous est dabord un problème pratique.

Je me demande - la préparation serait plus lourde mais tout est relatif quand il s'agit de copier/coller - si vous n'auriez pas intérêt, pour la prochaine série j'entends, à dissocier le CE2 (conservons l'appelation par   commodité et habitude), qui découvre le programme, des autres élèves, qui l'ont déjà vu une fois au moins. Si la nécessité ne vous en apparait pas nettement, c'est peut être que les CM1, qui ont vu le programme au CE2, n'en ont pas conservé des traces indélébiles et se démarquent donc peu des CE2. Peu, mais pas "pas du tout" : ils arriveront d'ailleurs à faire un plus grand nombre de fiches que les CE2, ce qui est un signe, mais qui confirme en même temps la plus grande fragilité du CE2.

Autre hypothèse, un peu différente mais toujours dans la perspective de la prochaine série : augmenter les nombre de fiches pour le premier niveau (CE2) mais en le simplifiant. Chaque fiche serait dédoublée en quelque sorte en deux fiches soeurs ou cousines (la même notion, mais des ex. différents)Les élèves du CE2 auraient à faire toutes   les fiches du niveau qui,leur est destiné. Les autres élèves, qui font aussi les fiches du niveau inférieur, ne feraient qu'une des deux fiches cousines. Cette hypothèse, ou une adaptation, me parait tentante pour une raison de motivation : il est plus motivant de réussir 40 fiches que d'en réussir 20, même si la somme du travail proposé est identique. On réussit plus vite, on est gratifié, on en redemande. La petite charge de travail supplémentaire de préparation, répartie sur les trois semaines de la période qui précède, parait faible au regard de l'amélioration que vous pourriez obtenir.

J'ai employé le conditionnel, mais l'hypothèse sous jacente d'un regain de motivationautoriserait le futur. Le volume de la tâche réellement effectuée, comptée en nombre d'exercices mais non pas de fiches, devrait être plus grand.

Mais même à 36, rares seront les enfants qui pourront tout faire.

Votre première période est une période de tâtonnement dont les leçons vous seront précieuses. Si 36 c'est trop, ne réduisez pas   le nombre, mais allégez le poids de la tâche. Le système que vous mettez en place se révèle efficace dès le premier jour dans la plupart des cas, et pas seulement à cause de la nouveauté. Mais n'en déduisez pas trop vite qu'il fonctionne déjà à plein rendement : le moteur vicariant est trop neuf pour tourner à plein régime. Déchargez un   peu de matériel au début, et augmentez la charge quand le système sera déjà mieux installé.

Je ne sais pas trop quoi faire. Notamment pour le
bilan, 12 bilans à 6 fiches, ça fait 72 soit 2 passages par fiches. Pour un peu que l'une ou l'autre passe plusieurs fois, certaines fiches ne seront pas vues au bilan...

Vous avez la possibilité de faire un premier bilan en entrant en classe. C'est souvent très efficace pour lancer la machine et améliorer le rendement. Par ailleurs, 6 fiches, c'est un nombre moyen. Il peut y en avoir un peu plus quand les fiches sont seulement rapidement évoquées.

Mais votre problème, avec trois niveaux, est complexe. N'hésitez pas à m'en reparler, même par un message très court.

Pour la suite de nos entretiens, je vous propose qu'ils transitent par la liste PM, comme ça tout le monde en profitera. N'ayez pas peur de trop intervenir, si c'était le cas, on vous le dirais :-).

En travaillant directement avec Outlook, je n'ai pas de correcteur. Excusez les fautes de frappe ou autres. Merci.

Nathanael Berger
Enseignant Cycle III e-mail perso: nathanael.berger@w...

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France