logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
LITTERATURE au CYCLE III
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  EXERC.INTERACTIFS rouge  eDOCUMENTS vert  B2i                                                   
DOCUMENT D'APPLICATION DES PROGRAMMES - LITTERATURE au CYCLE III

[sommaire] - [culture littéraire] - [mise en oeuvre pédagogique : lecture - compréhension - image - interprétation] - [programmation des lectures] - [lecture et mise en voix] - [littérature et écriture] - [lectures personnelles] - [oeuvres littéraires]

Les ATELIERS DE LECTURE - Démarches
La Morphosyntaxe

     En ce qui concerne la reconnaissance des structures syntaxiques des phrases lues, la première difficulté, pour le lecteur, est de bien segmenter la phrase et de retrouver les grandes unités fonctionnelles de celle-ci. Cela ne passe évidemment pas par une ana lyse grammaticale explicite, mais suppose une conscience de la langue, longue à acquérir. La plu part des retours en arrière qui caractérisent une lec ture hésitante sont la conséquence d'une mauvaise segmentation. Pour beaucoup de lecteurs débutants, la segmentation est inopérante : ils se contentent de lire des mots et ne parviennent donc pas à trouver la signification de ce qu'ils lisent. Le dialogue qui s'ins taure dans toute lecture à haute voix, entre l'ensei gnant et l'élève qui lit, est ici essentiel. Toute erreur de segmentation doit être signalée. Le maître guide ensuite l'élève jusqu'à la bonne segmentation sans se substituer à lui (ou sans lui substituer un camarade). La conscience de la cohésion du groupe syntaxique est le ressort de ce travail. On peut utilement appeler l'attention de l'élève sur l'impossibilité de cer tains regroupements (si « le train », « le train roule » sont des groupements possibles, « le train roule dans » n'en est pas un ; à l'inverse, « dans la nuit » est un groupement possible). On peut faire effectuer ces segmentations en lecture silencieuse en demandant de tracer un trait après chaque « paquet de mots qui vont ensemble » ou en lecture oralisée.

     Plusieurs solutions sont chaque fois possibles (les empans de lecture sont plus ou moins grands selon la difficulté du texte). L'objectif est de consolider le sentiment de la cohésion syntaxique et non de retrouver les constituants immédiats de la phrase. Le bon découpage d'une phrase dépend en grande partie du bon repérage des mots qui la constituent, certes, mais aussi de l'identification des marques morphosyntaxiques qui les complètent : flexions de genre et de nombre pour les noms et les adjectifs, flexions de genre, de nombre, de personne, de temps, de mode pour les verbes. Ce sont évidem ment les moins fréquentes qui posent le plus de pro blèmes aux lecteurs débutants. L'une des fonctions des ateliers de lecture est d'entraîner les élèves à reconnaître les formes qu'ils ne rencontrent pas sou vent, sans pour autant les enfermer dans des réalités qu'ils ne rencontreront qu'exceptionnellement. L'objectif, une fois encore, n'est pas de faire de la grammaire ou de la conjugaison mais, tout simple ment, de lire en effectuant les bons regroupements et en reconnaissant les marques (genre, nombre, personnes, temps verbaux, etc.) nécessaires à la compréhension. On sait, par exemple, qu'en fran çais, le repérage des marques de nombre ou de genre permet de découper correctement un syntagme nominal long ou une coordination complexe (« une vallée verdoyante, pleine de charme, aux essences rares et odorantes »/« une vallée verdoyante, pleine de charme, aux essences rares et odorante ») ou encore de ne pas se laisser piéger par un complément de nom qui s'intercale entre le nom et sa relative (« les chaussures du vagabond qui dort... »/« les chaussures du vagabond qui baillent... »).

     Dans le traitement des marques verbales, l'une des principales difficultés pour le lecteur débutant réside dans le bon découpage des formes composées et de leurs valeurs temporelles et aspectuelles. L'identification correcte de « être » et de « avoir » comme des auxi liaires, mais aussi de la fonction auxiliaire de verbes comme « aller », « venir de », « être en train de », « être sur le point de », etc., implique que l'on repère les désinences du participe passé ou de l'infinitif qui s'affichent sur le verbe qui les suit (en particulier lorsqu'elles ne se distinguent pas auditivement comme dans les verbes du premier groupe). Là encore, ce n'est qu'en répétant des exercices correc tement programmés que l'on peut s'entraîner à trou ver rapidement les bons découpages. Toute une série de marques contribue à rendre le découpage de la phrase plus explicite et, donc, direc tement accessible au lecteur. C'est le cas, évidemment, de la ponctuation, dont on sait qu'elle pose problème aux élèves du début de cycle 3 dès que sont en jeu d'autres signes que ceux qui marquent le début et la fin de la phrase (majuscule et point). C'est le cas des pronoms relatifs, en particulier lorsqu'ils sont compléments du verbe et non sujets (relatives en « que », en « dont », etc.).

     Aider les élèves à construire les bons découpages lors des lectures de phrases mettant en jeu une ponctuation de plus en plus complexe ou des relatives d'abord avec le pronom sujet, puis avec le pronom complément d'objet, enfin avec le pronom complément indirect, est certainement un entraînement nécessaire. Là encore, c'est l'interaction de guidage, au moment où l'élève propose une solution inexacte (en lecture à haute voix) qui peut être efficace. Il s'agit moins d'expliquer que de conduire au bon découpage de la phrase en refusant les découpages erronés et en suscitant ceux qui sont corrects. On n'oubliera pas qu'il s'agit de conduire les élèves à des procédures quasi automati sées et non à des analyses grammaticales réfléchies.

[sommaire] - [culture littéraire] - [mise en oeuvre pédagogique : lecture - compréhension - image - interprétation] - [programmation des lectures] - [lecture et mise en voix] - [littérature et écriture] - [lectures personnelles] - [oeuvres littéraires]

retour en haut de page

  Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2002 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France